A+ A A-

Apple: résultats en baisse

  • Catégorie : Mac / PC
  • Affichages : 742

Apple vient de confirmer le premier recul de son bénéfice net depuis près de 10 ans. Après une chute significative et progressive de son cours de bourse étalé sur plusieurs mois.

 

Alors que faut-il tirer comme conclusions et quels sont les éléments susceptibles d'avoir amorcés cette inflexion ? Plusieurs à notre avis.

le premier argument: la rentabilité. Apple s'est toujours assuré une rentabilité importante grâce à des marges plus que confortables, et ce au détriment des volumes qui avec des tarifs plus contenus sur ses produits auraient pu contrebalancer une marge plus mesurée.

Deuxième argument: l'innovation. Force est de constater qu'Apple aura été depuis le retour de Steve Jobs aux commandes, un véritable moteur pour l'industrie du Hi-Tech et en quelque sorte, le juge de paix des tendances du marché pare que toujours précurseur en la matière. Apple était et est encore aujourd'hui, synonyme d'innovation aussi bien en terme de design qu'au niveau technique. Mais depuis peu, certains produits semblent en retrait. La sortie de l'iPhone 5 semble nous donner raison. Outre un écran plus grand et un processeur un peu plus puissant, rien de révolutionnaire par rapport à un iPhone 4s (sauf le prix qui lui grimpe vertigineusement à chaque sortie d'un nouveau modèle).

Aujourd'hui la concurrence s'est non seulement organisée, mais offre elle aussi l'innovation pour contrer les plans de la firme de Cupertino. La preuve en est le dernier né de chez Samsung (et rival de l'iPhone 5), le Galaxy S4. L'innovation étant indéniablement un élément déclencheur d'un futur achat, Samsung l'a bien compris et proposera sur son dernier né, de nouvelles fonctionnalités tactiles, gestuelles, vocales et visuelles.

Aujourd'hui, Apple semble vouloir rassurer les marchés en annonçant une exceptionnelle redistribution de dividendes (alors que son bénéfice net a plongé de 18%). 100 milliards sur 2 ans et demi, c'est le chiffre annoncé aux actionnaires. Mais du temps de Steve Jobs il n'aurait jamais cédé aux sirènes de la bourse et n'aurait jamais fait le moindre geste envers les actionnaires. Alors certes, les investisseurs seront ravis cette hausse plus que confortable de leurs dividendes (15%), mais Tim Cook, bien qu'il ait confirmé lors d"une conférence "qu'Apple générait des liquidités en excès par rapport à ses besoins", cela n'aura pas suffit à redonner de la confiance aux marchés. Rappelons que le cours stratosphérique des 700 dollars atteint par l'action n'est plus que de l'histoire ancienne, car elle se situe aujourd'hui aux alentours des 400 dollars.

Et si finalement l'esprit "Start-up" d'Apple avait disparu ? Tout ce que l'on peut dire, c'est qu'Apple patine. La société semble être dépendante des sautes d'humeur de la bourse et des investisseurs qui voient en elle un bon moyen de s'assurer un retour sur investissement à 2 chiffres. La Pomme se doit de réagir et de ne pas rentrer dans une logique ou elle ne serait plus maître de ses décisions au risque de devenir à contrario, une entreprise comme les autres.

L'astuce du Jour !

Dernières News

MOTU Page Fan Facebook

Connectez-vous sur Facebook et devenez Fan pour tout savoir de la marque à la licorne !

Bons Plans

Essayez l'application gratuite pour iPad / iPhone et iPod Touch, et prenez le contrôle de DP ICI. Squirrel.

Sign In or Create Account